Prix de sauvetage de la PCS : Michelle Ingall (zone métropolitaine de Vancouver)

Le 12 décembre 2016, Michelle Ingall était en vacances à Playa del Carmen, au Mexique. Peut-on imaginer un endroit plus éloigné des pistes de ski, tant du point de vue de la géographie que de l’état d’esprit?  Pourtant la formation que Michelle a reçue de la PCS a permis de sauver une vie humaine ce jour-là. Michelle se trouvait sur la plage lorsque l’on retira de la mer le corps d’une personne qui n’avait aucun pouls et qui ne respirait plus. Michelle s’empressa alors de prendre des dispositions d’urgence : elle demanda qu’on apporte certains appareils et que l’on fasse venir les services d’urgence. Elle constata que la victime respirait à peine (respiration agonique) et, sachant ce qu’il fallait faire, contribua à lui sauver la vie.

(de gauche à droite) Lorne Perry, président du conseil d’administration de l’ACAC, Michelle Ingall et Glen Rutherford, président de la zone Ogopogo.
(Photo prise par Danielle Annette Photography)

Un homme inconscient ballotté par les vagues fut tiré sur le rivage. Voyant l’agitation autour de la victime, Michelle s’empressa de venir à son secours. L’homme en question n’avait pas de pouls, son corps était froid et sa peau bleue.

Se rappelant les données de la formation reçue de la PCS, Michelle se plaça près de la tête du patient et dirigea les opérations de secourisme et de réanimation. Après avoir libéré les voies respiratoires, elle demanda à l’une des personnes ayant tiré le patient hors de l’eau d’exercer des compressions thoraciques, elle-même surveillant les voies respiratoires et donnant des instructions pour que l’on apporte un masque de réanimation, de l’oxygène et un DEA. Elle demanda aussi que l’on fasse venir une ambulance.

Les objets demandés furent rapidement mis à sa disposition et, au bout d’une minute, on parvint à détecter un pouls. L’excellente formation que Michelle a reçue de la PCS lui a permis de reconnaître les signes de respiration agonique et d’administrer de l’oxygène et la respiration artificielle à l’aide du masque de réanimation. Peu après, deux médecins de la station balnéaire arrivèrent sur les lieux et Michelle les aida à insérer une tubulure intraveineuse dans le corps de la victime.

La formation que Michelle a reçue de la PCS s’est également révélée utile lorsqu’elle entreprit d’aider les secouristes dans leur travail. Sa formation de secourisme sur neige lui a donné l’idée d’ajouter du sable sous un des côtés de la planche dorsale du patient pour faciliter le drainage de ses voies respiratoires. Ce n’était pas de la neige, mais ce fut tout aussi efficace.

Au bout d’environ dix minutes, le patient commença à respirer normalement et avait même repris conscience lors de l’arrivée des ambulanciers. Deux jours plus tard, après avoir obtenu son congé de l’hôpital, le patient a fait la connaissance de Michelle. Son nom est Jose Fernandez. Il s’est décrit comme un retraité de nationalité argentine en visite au Mexique.

Pour ses efforts et son apport essentiel au sauvetage de M. Fernandez, Michelle Ingall s’est vu décerner le Prix de sauvetage de la Patrouille canadienne de ski de 2017 lors de la conférence des dirigeants de la PCS tenue à la station Big White en avril dernier.