Prix de sauvetage : Carey Rowntree (zone Alberta Sud)

Le 9 décembre 2016, le patrouilleur Carey Rowntree et deux de ses collègues ont effectué un merveilleux travail d’équipe qui a permis de sauver la vie d’une élève d’une école de Lethbridge, en Alberta.

(de gauche à droite) : Lorne Perry, président du conseil d’administration de l’ACAC, Dave Swindlehurst, président de la division Mountain. (Photo de Danielle Annette Photography)

Des élèves accompagnés de leur enseignant, Nevin Morrison, étaient en train de traverser un terrain de gymnastique dans le cadre d’un cours d’éducation physique qui devait se dérouler sur la patinoire communautaire. Soudain Nevin entendit des élèves s’agiter derrière lui. Une élève avait fait une chute et semblait s’être blessée. Les élèves – de jeunes adolescentes – étaient d’origine népalaise/bouthanaise et provenaient de familles de réfugiés. Leur connaissance de l’anglais était encore très limitée.

Lorsque Nevin s’approcha de l’élève tombée au sol, il observa qu’elle était inconsciente, ce qui ne l’empêchait pas toute fois de respirer. Ses collègues expliquèrent qu’elle s’était effondrée, mais sans heurter sa tête. Comme la température était de -20 C et qu’il ventait, Nevin s’empressa de la faire transporter par ses collègues le plus vite possible à l’école et utilisa son téléphone portable pour appeler les services d’urgence.

Une fois revenu à l’école, Nevin demanda à des élèves d’alerter les autres membres du personnel. Peu après, un autre professeur d’éducation physique, Jonathan Dick, et le directeur de l’école, Carey Rowntree, vinrent lui porter secours. Lorsque Carey arriva auprès de la victime, deux à trois minutes s’étaient écoulées depuis qu’elle s’était effondrée. Nevin était toujours en communication avec l’opératrice 911 et Jonathan s’employait à détecter son pouls avec l’aide de Carey. Les deux constatèrent que la respiration de la patiente se dégradait rapidement : au lieu de respirations lentes et régulières, elle soupirait environ à toutes les trente secondes.

Carey demanda à Jonathan d’aller chercher le masque de réanimation cardio-respiratoire dans son bureau et commença à administrer la respiration artificielle. L’état de la patiente continuait pourtant de se détériorer, aucun pouls ne pouvant être détecté. Carey entreprit alors d’exercer des compressions thoraciques tandis que Jonathan continuait de détecter un pouls et que Nevin décrivait l’était de la patiente à l’opératrice des services d’urgence. Celle-ci indiqua qu’une ambulance était en route. Un autre enseignant fut chargé d’apporter le DEA de l’école auprès de la patiente.

Le diagnostic du DEA recommandait de ne pas recourir à des chocs et on poursuivit les compressions thoraciques. Les ambulanciers arrivèrent peu après et poursuivirent les compressions thoraciques tut en maintenant en place le masque de réanimation. Ils branchèrent leur défibrillateur sur la patiente et administrèrent trois chocs, avec des intervalles de compressions thoraciques.

Après 10 minutes de traitement, le pouls de la patiente reprit et elle commença à respirer avec l’aide d’un appareil. Elle fut ensuite transportée par avion à l’hôpital pour enfants de Calgary, où on l’opéra pour lui installer un stimulateur cardiaque. Elle souffrait d’une malformation cardiaque qui n’avait jamais été détectée.

Après plusieurs jours à l’hôpital, son état s’améliora : elle retrouva sa capacité motrice fine et sa mémoire à court terme et put retourner à l’école immédiatement après avoir obtenu son congé de l’hôpital. N’eût été du groupe d’enseignants et des aptitudes acquises par Carey grâce à la PCS, cet incident aurait pu se terminer tout autrement. Il convient aussi de signaler que les deux enseignants et les autres membres du personnel de l’école ont su maîtriser la situation en évitant d’alerter les autres élèves au sujet de la gravité de l’état médical de la patiente.

Ce fut un grand honneur de décerner le Prix de sauvetage de la PCS à Carey Rowntree et à ses collègues de travail Nevin Morrison et Jonathan Dick lors de la conférence des dirigeants de la PCS de 2017, qui a eu lieu à la station White en avril dernier.