Sensibilisation aux avalanches

Par Ken Lukawy, coordonnateur national des programmes d’avalanches de la PCS (ken.lukawy@skipatrol.ca)

Les températures sont à la baisse, la neige s’accumule et on a observé des skieurs d’arrière-pays à l’œuvre dans des endroits comme Bow Summit, dans le Parc national Banff, avant la fin d’octobre.

En plus de nous soumettre à un entraînement physique et de mettre notre équipement au point pour la saison, nous devons être en mesure d’évaluer nos aptitudes en matière d’avalanche. Posséder les trois instruments de sécurité relatifs aux avalanches constitue un bon point de départ; encore faut-il maîtriser la quatrième et essentielle composante – une connaissance approfondie des modalités d’utilisation de ces instruments et une compréhension des moyens de réduction du risque en terrain avalancheux.

Avant d’interrompre la lecture du présent article sous prétexte qu’il ne vous concerne pas puisque vous patrouillez dans une station où il n’y a pas d’avalanche, veuillez noter ce qui suit. Une des principales données utilisées pour déterminer le risque d’avalanche est l’angle de pente. Dans certaines conditions, la neige peut glisser sur des pistes de 25 degrés, mais les précipitations plus dangereuses surviennent fréquemment sur des pistes de 35 à 40 degrés, celles-ci étant généralement classées dans les catégories « intermédiaire », « diamant noir » ou « double diamant noir ».

Bien que tous les patrouilleurs de la PCS se retrouvent sur des terrains avalancheux, la plupart n’encourent pas un risque d’avalanche. Dans la plupart des stations de ski dans les provinces des prairies et de l’Est du pays, les couches de neige ne se transforment jamais en grosse plaque dangereuse parce que l’on dame les pistes et que les skieurs y sont nombreux.

Pour ce qui est des autres patrouilleurs, il conviendrait qu’ils accordent aux avalanches et à la sécurité en terrain avalancheux une certaine place dans leurs préparatifs de saison. À la station Big White, le 6 janvier 2008, il y a eu un glissement de catégorie 3 dans une partie de la montagne qui venait d’être ouverte aux skieurs, ce qui a provoqué la mort d’une personne.

Il y a un ordre hiérarchique concernant la sensibilité aux avalanches et la formation en ce domaine et il est entièrement conçu à l’intention des aventuriers intrépides:

  • Know Before You Go est une vidéo de 15 minutes produite par des professionnels et portant sur les cinq choses qu’il faut savoir.
  • Avalanche Canada a produit un cours en ligne sur les avalanches disponible aussi bien en anglais qu’en français.
  • On trouvera également sur le système national de la base de données un exposé sur les activités de patrouille et la sensibilisation du public à la réalité des avalanches. Il s’agit d’un exposé de deux heures intitulé Avalanche Awareness for Patrollers. Il existe aussi une version d’une durée d’une heure.
  • Avalanche Canada (AvCan) offre une série de cours destinés aux enthousiastes des sports d’hiver. Vous trouverez des renseignements et d’autres ressources sur le site Web d’AvCan.

La division Mountain propose un cours AST 1, qui sera donné les 17 et 18 mars, ainsi qu’un cours AST 2, qui sera donné du 3 au 6 février 2018. On trouvera de l’information à ce sujet sur le site Web de la division Mountain. Si les dates proposées ne vous conviennent pas, prenez contact avec l’auteur pour obtenir des données concernant d’autres cours.

À ceux qui n’ont pas obtenu les renseignements diffusés l’année dernière, nous rappelons que s’ils souhaitent utiliser les émetteurs-récepteurs d’avalanche Barryvox Pulse ou Element, il conviendrait de consulter ce blogue Mammut au sujet des piles.

Si vous souhaitez obtenir plus de renseignements, adressez-moi un courriel.