Se retrouver devant une personne dont l’état médical pourrait être fatal est éprouvant. Mais lorsque la personne en question fait partie de votre parenté et qu’il s’agit même d’un proche parent, alors l’épreuve devient très rude.

Alors qu’il était dans un restaurant avec les membres de sa famille, Sid Gaudry (un patrouilleur) a soudainement ressenti des bouffées de chaleur et des nausées. Les mêmes symptômes étaient apparus cinq mois plus tôt et avaient été accompagnés de convulsions. Ses filles Nichole Diewold et Jacqueline McIllmoyl, toutes deux patrouilleuses, étaient à ses côtés et aidèrent Sid à s’étendre au sol.

Après quelques secondes, Sid perdit conscience et subit des convulsions. On appela aussitôt les services d’urgence et Nichole s’empressa d’aller chercher un DEA. Jacqueline ne parvenait pas à détecter un pouls radial ou carotidien, et ce, même après l’arrivée de deux médecins en fonction dans une clinique avoisinante. Jacqueline entreprit d’effectuer des compressions pendant que sa mère Caroline (une patrouilleuse à la retraite) administrait la respiration artificielle. Sid se mit alors à respirer et on put même mesurer son pouls. Il fut transporté peu après à un hôpital où l’on diagnostiqua quelques jours plus tard une tumeur au cerveau. Dans les semaines qui suivirent, Sid a subi une opération et des traitements de chimiothérapie et de radiation.

Ce qui ajouta au caractère dramatique de la situation, c’est que six des petits-enfants de Sid étaient présents, de sorte qu’il fallut les mettre à l’écart. En outre, on a mis dix minutes à trouver un DEA.

Forte de ses talents et de sa formation de patrouilleuse, Jacqueline a pris la situation en mains, effectué les procédures de sauvetage qui s’imposaient et sauvé la vie de son père. Chose étonnante, Sid Gaudry et sa fille Nichole s’étaient tous deux vu décerner le prix de sauvetage ces dernières années pour des opérations qui avaient exigé le recours à la réanimation cardiorespiratoire (RCR)

Nous applaudissons aux mesures prises par Jacqueline pour sauver son père. La PCS est fière de lui avoir décerné le prix de sauvetage John D. Harper lors de la conférence Altitude, qui a eu lieu à Québec en mars 2018.

(de gauche à droite) Sid Gaudry, Jacqueline McIlmoyl et Patrice Pouliot, ce dernier représentant l’Association des courtiers d’assurance du Canada. (Photo prise par Peter Kelly)

Prix de sauvetage: Jacqueline McIlmoyl (zone Qu’Appelle)