Un jour d’août 2017, alors qu’il amorçait son heure de lunch dans un lieu de travail éloigné, à Val d’Or (Québec), Martin Plante constata qu’un de ses collègues avait un teint grisâtre et semblait peu conscient de ce qui se passait autour de lui. Le type en question se mit soudain à trembler, renversa son café et se mit à écumer de la bouche. Martin l’aida aussitôt à s’étendre sur le sol. Il se rendit compte que son pouls était irrégulier et variable en intensité. Puis le pouls devint impossible à détecter. Martin commença alors à administrer la RCR. Comme la bouche du patient était écumeuse et qu’il n’y avait aucun dispositif de protection, il dut se limiter à exercer des compressions.  Après sept minutes, le patient se mit à respirer et on pouvait détecter un pouls. On le transporta ensuite à l’hôpital et, grâce aux soins prodigués par Martin Plante, il a pu se remettre de son arrêt cardiaque.

Une perception précoce du danger, une action décisive et une surveillance constante ont permis de sauver la vie de cet homme.

Parce qu’il a su évaluer promptement la situation et prendre les mesures qui s’imposaient, la PCS a décerné à Martin Plante le prix de sauvetage John D Harper lors de sa réunion tenue en mars à Québec.

(de gauche à droite) Colin Saravanamuttoo, président et chef de la direction de la PCS, Patrice Pouliot, représentant de l’Association des courtiers d’assurance du Canada (ACAC), Martin Plante et Pierre Charest, président de la division Québec (photo prise par Peter Kelly)

Prix de sauvetage – Martin Plante (zone Québec)