Par Richard Asselin, administrateur national de la PCS (richard.asselin@skipatrol.ca)

 

En 2011, le cours de secourisme avancé de la Patrouille canadienne de ski a été agréé par les autorités fédérales pour une période de cinq ans prenant fin en 2016. L’agrément n’a pas été renouvelé parce que le gouvernement fédéral avait cessé de donner son agrément aux programmes de secourisme, cette responsabilité ayant été confiée aux provinces.

Depuis lors, certaines zones et divisions ont obtenu une reconnaissance provinciale de notre formation en secourisme avancé. Toutefois, les exigences auxquelles il faut satisfaire pour obtenir un agrément varie d’une province à une autre, de sorte que nous nous retrouvons aujourd’hui avec une mosaïque d’agréments provinciaux. Il en est résulté de nombreux problèmes d’équivalence et, dans certaines provinces, une absence de toute reconnaissance officielle.

En 2017, le conseil d’administration a examiné les approches en matière d’agrément en tenant compte du dédale juridique des différentes compétences gouvernementales. Il a donné son appui à une démarche plus large permettant à la PCS de collaborer avec d’autres organisations en vue de créer une coalition des prestataires de services de secourisme. Cette coalition devait fonctionner dans le cadre d’un partenariat et devenir un porte-parole auprès des autorités fédérales et provinciales, l’objectif étant d’assurer une certaine normalisation et d’établir des équivalences pour la reconnaissance des programmes de secourisme.

Plus tôt cette année, Linda Andrews, vice-présidente (formation et perfectionnement) a été admise comme membre du groupe technique consultatif de l’Association canadienne de normalisation (ACN), grâce notamment à sa carrière dans les soins de santé et son expérience à titre d’examinatrice en recherche médicale. Il s’agit là d’une étape importante en vue de la mise en place d’un système national de normes d’agrément. Cette nomination signifie aussi que la PCS est dorénavant reconnue comme un agent pouvant contribuer à la réalisation de cet objectif.

En matière de certification et d’agrément, les choses évoluent constamment. Depuis la diffusion de directives en 2015, l’International Liaison Committee on Resuscitation (ILCOR) a abandonné la diffusion de rapports sur la réanimation cardiorespiratoire (RCR) selon un cycle quinquennal et privilégié la mise en place d’un programme visant à mettre constamment à jour les pratiques de RCR. En 2014, l’ACN a entrepris des travaux ayant abouti à la normalisation des exigences et des directives concernant le secourisme et l’évaluation des organismes de formation. La norme, désignée CSA Z1210-17 First Aid Training for the Workplace – Curriculum and Quality Management for Training Agencies (Note du traducteur : version française inexistante), a été adoptée par certaines provinces.

Ces organismes de certification et d’agrément influent aussi bien sur le champ de pratique que sur le programme de formation en secourisme de la PCS. En tant qu’organisme de bénévoles, nous sommes concernés par les modifications des pratiques et des programmes de formation et il nous incombe de les faire nôtre malgré la nature limitée de nos ressources.

Le sens de l’initiative dont Linda Andrews a fait preuve aura des conséquences sensibles sur la PCS. Son admission au sein du groupe de l’ACN signifie qu’il y a maintenant un lien formel ou institutionnel entre la PCS et l’ACN. La PCS pourra ainsi faire un apport à l’élaboration des normes s’appliquant aux programmes de secourisme, notamment en faisant valoir la perspective des prestataires de soins d’urgence sur la ligne de front. Il s’ensuit une plus grande reconnaissance de ce que nous faisons. En outre, le lien avec l’ACN nous sera utile puisqu’il nous permettra d’anticiper et de mieux planifier les modifications devant être apportées à nos programmes de formation.

Les meilleurs patrouilleurs « espèrent que tout ira pour le mieux mais se préparent au pire ». Grâce à la démarche de Linda et à son sens du dévouement, nous continuerons de compter parmi les meilleurs dans notre domaine.

La PCS et l’Association canadienne de normalisation